Le contournement autoroutier d’Arles, c’est un projet du vieux monde, pensé dans les années 90 pour transformer la Camargue en couloir à camions.

Ce contournement est en totale contradiction avec les vrais défis de notre temps :

  • Lutter contre les changements climatiques – il prévoit une augmentation constante du trafic de véhicules légers et de poids lourds alors qu’il est urgent de le réduire drastiquement.
  • Protéger la biodiversité – il détruira de nombreuses espèces et milieux naturels, notamment des habitats protégés et irremplaçables (ex : laurons et tourbières).
  • Promouvoir la résilience alimentaire – il va condamner de nombreuses terres fertiles et  plusieurs exploitations emblématiques de notre patrimoine (ex : foin de Crau, Taureau Camargue, chevaux de Camargue, rizières).
  • Préserver les ressources en eau – il fera peser de gros risques sur la nappe de Crau, nappe phréatique qui fournit aujourd’hui plus de 270 000 habitants en eau potable.
  • Transmettre aux générations à venir un patrimoine exceptionnel – il sera une véritable balafre aux portes d’une ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et au cœur d’une Réserve de Biosphère.

La concertation de la DREAL

Il faut faire entendre nos voix et nos doutes à l’État. Pour cela, contribuez à la concertation de la DREAL : https://www.contournementarles.com/exprimez-vous

Un conseil

Pour que votre contribution soit prise en compte et pas classée hors sujet, elle doit répondre directement à l’objet de la concertation. Pour cela, si vous êtes opposé ce projet, nous vous conseillons de vous inspirer de cette trame de réponse :

“Je pense qu’aucune des variantes soumises à concertation au sein du fuseau Sud-Vigueirat n’est satisfaisante.

[vos arguments]

Je souhaite donc que ce projet de contournement autoroutier d’Arles par un tracé Sud Vigueirat soit abandonné.”

L'alter-concertation de Changeons d'Avenir

En parallèle de la concertation menée par la DREAL, Changeons d’Avenir a mis en place son alter-concertation, en organisant quatre conférences-débats en décembre 2020 et janvier 2021.

Pourquoi une alter-concertation ?

  • Parce que la concertation menée par l’État ne pose pas toutes les questions : Faut-il une autoroute ? Quelles conséquences pour la biodiversité et les terres agricoles ? Quelle amélioration de la qualité de l’air ? Quelle compatibilité avec les engagements climatiques ?
  • Parce que ce contournement, c’est un projet de société à débattre : Davantage de camions ? Davantage de logistique ? Davantage de vitesse ? Davantage de béton ?
  • Parce qu’une concertation en pleine pandémie pendant les fêtes de fin d’année, sur un projet structurant pour le territoire qui marine depuis 30 ans et qui a été abandonné plusieurs fois, c’est une insulte à la démocratie participative.

Cadre de vie et paysages

Retrouvez :

Déplacements

Retrouvez :

Milieux naturels et climat

Retrouvez :

Les points-clé

Données (chiffres de la DREAL sur le site du contournement) :

  1. Projet Fuseau Sud Vigueirat 13 kms en tracé neuf, 13 kms RN113 à réaménager

  2. Enquête publique en 2022, début des travaux prévus en 2025

  3. Mise en circulation prévue en 2028

  4. Trafic RN113 : 75 800 véhicules/jour dont 9% de poids-lourds

  5. Les congestions sont dues principalement aux véhicules légers (59% trafic local)

  6. la RN113 requalifiée supporterait, même avec le contournement, un trafic quotidien de près de 30 000 véhicules et 900 poids-lourds (prévisions DREAL)

  7. Coût du projet : estimé à 800 millions d’Euros, sans compter le coût de l’aménagement de la RN113

Enjeux :

  1. Pollutions atmosphériques : une partie serait simplement reportée à 2,5 km et même augmentée suite à la vitesse de 130 km/h autorisée, les habitants riverains de la RN113 ne seraient pas exempts de pollutions

    * Charte CO2: seule une diminution du trafic permet une réduction du C02 (objectifs COP 21), une autoroute participe à l’augmentation des flux routiers

  2. Pollution sonore: elle serait pratiquement identique pour les riverains de la RN113, et amplifiée pour les riverains du contournement

  3. Artificialisation des sols : plusieurs hectares de terres arables supprimés : riziculture, vignes, arboriculture, maraîchage, prairies, élevage, foin de Crau, agriculture impactés

  4. Hydrologie : nappe phréatique, risque d’inondations, les deux axes routiers vont enclaver les habitants de Barriol, Semestres et Plan du Bourg

  5. Biodiversité : impact sur la faune et flore notamment des terres de la Crau et de la Camargue en sites protégés (Natura 2000)

  6. Paysages et voies vertes : difficultés de promenades au Sud d’Arles, notamment la Via Rhôna qui devra traverser l’autoroute par un tunnel, ainsi que des paysages défigurés par la hauteur de l’autoroute, près du Pont Van Gogh par exemple

  7. Économie locale : l’impact du contournement ne sera pas forcément positif comme projeté (perte de clientèle au profit d’autres villes), augmentation du coût des péages. En effet, comment imaginer que déplacer un flux de transit, donc des véhicules ne faisant que passer, aura un impact positif sur l’économie locale? De plus, ce contournement ne changera en rien les liaisons existantes entre les zones industrielles ou d’activités et les accès autoroutiers

Alternatives :

  1. Développement du ferroviaire, du fluvial et du cabotage entre les ports de Méditerranée (avec la SNCF/RFF, le Port d’Arles et le Grand Port Maritime de Marseille)

  2. Développement du transport collectif entre les villes voisines ou de plateformes de covoiturage, avec le Département et la Région (ex : bus direct inexistant entre Arles et Fos-sur-Mer)

  3. Équipements à développer avec l’ACCM et la Ville pour la promotion du vélo, des transports publics, des véhicules décarbonnés (bornes électriques, hydrogène vert…)

  4. RN113 : aménagement du rond-point du Vittier  et des entrées et sorties d’Arles, construction de passerelles, réduction de la pollution sonore (limitation de vitesse, revêtement adapté, protections supplémentaires), voies plus différenciées (marquage et vitesse)

  5. L’État doit avoir une vision à long terme et promouvoir un projet de circulation routière du 21ème siècle et ne pas cautionner un projet du siècle passé

Ce qu'il faut savoir (en bref!)

Trafic actuel et perspectives

  • Trafic actuel

Actuellement 75800 véhicules dont 7000 camions traversent quotidiennement Arles. Les poids-lourds représentent 9% du trafic global au niveau d’Arles et 15% au niveau des péages.

Le flux du trafic présente une forte variabilité horaire et saisonnière
Les congestions sont principalement causées par les véhicules légers, dont 59% sont issus du trafic local.

  • Projection du report de flux vers le contournement autoroutier

Ce flux de transit représente aujourd’hui 40300 véhicules, soit « seulement » 53% du trafic global.

Le modèle qui a servi pour établir les perspectives de circulation prévoit une augmentation régulière du trafic, avec +0,4 % par an pour les poids lourds. Le constat établi sur l’augmentation du trafic des dix dernières années n’a aucune raison d’être reconduit pour les dix prochaines années. On commence à constater une diminution des déplacements en véhicules légers mais une augmentation constante du transport routier. Il faut signaler que le développement commun du Grand Port Maritime de Marseille et des zones logistiques sur le territoire entraînera toujours un important flux de camions sur l’axe actuel.

Conséquences sur trafic du réseau secondaire

Pour compenser la gratuité de l’autoroute entre Arles et Saint-Martin-de-Crau, il est prévu une augmentation du coût du péage aux barrières de péages. Celle-ci entraînera un phénomène de report de trafic sur certains réseaux secondaires déjà saturés ou mal adaptés, en particulier la RD6113 entre Fourques et Nîmes ou la RD572 entre Arles et Saint-Gilles. La suppression du demi-échangeur actuel au niveau de Raphèle entraînera également un report de trafic sur la RD453.

A noter également un accroissement significatif du trafic sur la partie urbaine de la RD35, à proximité immédiate de plusieurs groupes scolaires.

Requalification de la RN113

Selon les prévisions de la DREAL, 29600 véhicules dont 900 poids-lourds continueront à emprunter quotidiennement l’axe actuel. Ce chiffre est dans le cas le plus optimiste et dépend de nombreux facteurs difficilement modélisables (développement de transports collectifs inter-cité, développement de mobilité vélo, accroissement des livraisons en ville,…). Cela fait rêver certains habitants et les élus à la tête de la mairie d’Arles : le contournement autoroutier permettrait une requalification en boulevard urbain de la RN113. Mais avec près de 30000 véhicules quotidiens peut-on requalifier la RN113 en boulevard urbain ? Comment peut-on imaginer des voies dédiées aux bus ou aux vélos ?

  • Soit il est maintenu un axe en 2*2 voies plus fluide avec une vitesse réduite malgré un risque de congestionnement aux heures de pointes et sans changement notable sur la ville ;
  • Soit les décideurs locaux croient à ce projet de requalification urbaine et l’axe bascule en 2*1 voie plus des voies de bus et cyclables, avec une circulation totalement congestionnée, et un report sur certains axes du centre-ville comme le montre une étude de la DREAL en 2019, entraînant une hausse de la pollution en centre-ville.

Or si ce projet de requalification est conditionné par celui du contournement, l’inverse n’est pas vrai. Le projet présenté aujourd’hui par la DREAL ne prévoit aucun aménagement de la RN 113 au niveau d’Arles.

Cela n’étant pas dans les prérogatives de l’État, cette requalification reposera sur les collectivités locales. Nous sommes dès lors en droit de s’interroger sur la pertinence de l’objectif initial de l’amélioration du cadre de vie pour les Arlésien.ne.s.

Pollutions et nuisances

L’État s’est engagé sur plusieurs accords internationaux concernant les réductions de la pollution de l’air et des gaz à effets de serre. L’objectif national est de réduire les émissions de GES de 40% en 2030 par rapport aux émissions de 1990. Nous sommes actuellement très en retard sur cet objectif. Il est particulièrement visé les oxydes d’azotes qui sont les principaux polluants atmosphériques et dont l’origine est pour 55% dus aux transports routiers. Ce projet va complètement à l’encontre de ces engagements.

Avec ce contournement, la pollution de l’air ne sera pas réduite. En 2028 les trafics cumulés du contournement et de l’axe actuel seront assez similaires à celui du trafic actuel. En déplaçant une partie du trafic et de ses nuisances à seulement 2,5km, les habitant.e.s de Barriol et du Plan du Bourg se retrouveront coincés entre une autoroute et une 2*2 voies, et donc davantage soumis à la pollution.

Si les prévisions prévoient des améliorations à proximité immédiate vers le Vittier, Saint-Genest, d’autres secteurs seront plus exposés aux pollutions comme Raphèle, Balarin ou Saint-Martin-de-Crau, sans oublier les futurs riverains ruraux du contournement.

La traversée de la ville par 30000 véhicules par jour, malgré le contournement, ne permettra pas de réduire drastiquement les nuisances pour les Arlésien.ne.s. Au total, selon la DREAL, « seuls » 2800 personnes seraient moins exposées aux émissions de gaz polluants. Même si c’est mieux que rien, c’est un élément important pour relativiser l’impact de ce projet sur la pollution de l’air.

Paysages

De nombreuses entités paysagères seront traversées par cette autoroute : haute Camargue, bocages périurbains de Gimeaux, Grand Rhône, Petit Plan du Bourg, Grand Plan du Bourg, terres agricoles de la Draille marseillaise, Crau des marais et des étangs, et enfin Coussouls de Crau. Ce dernier étant un milieu unique et non compensable.

Pour rappel, parmi les sept variantes initiales du projet, la seule qualifiée de très bonne pour le cadre de vie était la solution sous-fluviale longue, laquelle répondait favorablement à toutes les fonctions et objectifs sauf le coût, ce qui lui a valu d’être balayer d’un revers de main. Les questions environnementales et de pollutions n’ont pas la chance d’être réglée à coup de « quoi qu’il en coûte ».

Période de travaux

Un autre impact très peu évoqué est la phase de chantier. Comment réaliser des travaux d’élargissement de la RN113 en maintenant la circulation ? Voies provisoires, surlargeurs temporaires, ouvrages de génie civil spécifiques… Il est à prévoir d’énormes difficultés de circulation se répercutant sur l’ensemble du réseau secondaire et urbain pendant de longs mois.

L’accès au chantier ou l’acheminement d’engins sera également très compliqué dans certains secteurs, comme par exemple au niveau du Petit Plan du Bourg où seule la RD35 existe. Les camions passeront-ils par la zone urbaine, devant plusieurs groupes scolaires ? Ou ce sera un énorme détour par Mas-Thibert, et qui en subira alors les conséquences ?

Les travaux qui s’annoncent seront particulièrement pénalisant pour le cadre de vie et la circulation de milliers d’Arlésien.ne.s et de Saint-Martinois.es au quotidien.

Biodiversité

L’impact de la création de 13 km d’autoroute aux portes de la Camargue et de la Crau ne se fera pas sans dégâts sur la biodiversité. Le tracé préférentiel passe à quelques centaines de mètres à peine du Parc Naturel Régional de Camargue. Impossible pour ce contournement de ne pas traverser des sites Natura2000 au titre de la directive Habitat. Des terrains soumis à divers dispositifs (ZNIEFF, ZICO, Réserve de biosphère) qualifiant des secteurs de grand intérêt écologiques nationaux seront impactés. Ce contournement coupera de nombreux corridors écologiques, connexions indispensables pour la faune, reliant entre eux différents habitats vitaux pour les espèces.

Enfin quels impacts sur les laurons, ces puits naturels d’où jaillit l’eau de la nappe souterraine et qui en font des milieux quasi unique en Méditerranée? De nombreux laurons recensés seront directement touchés par ce projet.

Les inventaires menés par la DREAL sont pour l’instant bien maigres. Aucune liste complète des espèces présentes n’est présentée. Les statuts réglementaires et de protection des espèces mentionnées dans le rapport ne sont pas non plus mis à disposition du grand public afin qu’il se fasse une opinion plus détaillé des impacts sur la faune et la flore.

Agriculture et ressources en eau

De nombreuses terres agricoles diversifiées vont être détruites par ce projet : riziculture, vigne, arboriculture, maraîchage, prairies, élevage extensif, dont près du quart en bio. Là aussi des labels accompagnent certaines cultures : IGP pour le riz et AOP pour le foin de Crau, seul aliment pour animaux à obtenir un tel label de qualité. Cette diversité de culture participe à la résilience alimentaire du territoire.

En Crau humide ces cultures sont notamment rendues possible par un vaste réseau hydraulique qui alimente parcelle par parcelle les différentes prairies. Compte tenu de la complexité des canaux et de la nécessité d’entretien des ouvrages ce projet va dégrader un système agricole fragile.
La nappe phréatique de Crau est intimement liée aux pratiques agricoles car alimentée à 70% par les canaux d’irrigation des prairies de Crau. 270 000 personnes sont alimentées en eau via cette nappe phréatique. Alors que l’eau est déjà un enjeu majeur sur le territoire, faire peser une menace supplémentaire sur cette nappe est un non sens.